lecoindesjeux

Le choix du concept

J’ai reçu il y a quelques temps un mail d’un lecteur du blog, et je dois avouer que ce message m’avait quelque peu intriguée.

Pour résumer, cette personne désirait créer un jeu en ligne mais avait un gros soucis : elle ne savait pas sur quel concept partir ! En fait, il y avait bien une idée qui l’intéressait, mais elle n’avait pas envie de se lancer dedans à cause d’une trop grande concurrence sur ce type de jeu. Elle m’a ensuite demandée si je n’avais pas en stock une idée de jeu que j’aurai mis de côté.

Une fois la surprise passée, je me suis rendue compte que cette personne avait mis le doigt sur un point fondamental de la conception d’un jeu en ligne. Créer un jeu oui mais… Lequel ?

Pas bête comme question finalement. Pas bête du tout.

En fait, je n’ai envie de ne répondre qu’une seule chose : tout dépend de vos objectifs ! Eh oui, vous n’allez pas forcément créer le même jeu selon que ce que vous souhaitez obtenir comme résultat. Je m’explique :

 

Créer un jeu purement « amateur », pour le fun

Vous pouvez avoir simplement envie de créer un jeu pour vous amuser ou encore pour tester vos capacités et continuer de vous perfectionner. Auquel cas le choix du sujet n’importe peu, ou plus exactement, je vous conseille fortement de traiter un sujet qui vous passionne. Qu’importe la concurrence, l’objectif n’est pas la rentabilité mais l’amusement.

J’étais dans cette situation lorsque j’ai commencé mon activité.

En effet, je jouais à l’époque à un jeu d’élevage de chevaux (c’était d’ailleurs le seul jeu auquel je jouais), et plus j’y jouais, plus j’avais des idées pour l’améliorer. Je me suis alors dit : « et si je créais mon propre jeu d’élevage de chevaux ? » Le pari était risqué, je n’y connaissais rien ni en programmation ni en gestion. Pourtant la suite vous la connaissez, quelques mois plus tard sortait Kazakorse, mon jeu d’élevage de chevaux.

Je ne savais à l’époque pas du tout où ça allait me mener, je ne pensais même pas y arriver pour tout vous avouer. Mais une chose est sûre : l’idée s’est imposée à moi, j’avais envie de créer ce jeu et aucun autre. Les chevaux me passionnaient (et me passionnent toujours :p ), et c’était là-dedans que je voulais me lancer.

Je me suis donc lancée sans trop réfléchir. J’avais bien sûr fait un cahier des charges (enfin, si on peut appeler comme ça toutes mes feuilles volantes pleines de gribouillis qui listaient les différentes fonctionnalités du jeu !), mais c’était tout. Pas d’étude de marché, pas d’étude de la concurrence, pas de stratégie de monétisation… Rien de rien.

Et c’est ça qui est génial ! Lorsque l’on est amateur, on peut se permettre des choses que l’on ne ferait pas en tant que professionnel ! Car oui, avec une dizaine de concurrents sur la France (et bien plus à l’international), ce n’était pas le projet idéal pour gagner sereinement de l’argent. Mais qu’importe ! Mes seuls objectifs étaient de m’amuser, de tester mes capacités et de progresser.

Aussi, si j’ai un seul conseil à vous donner, dans le cas d’un jeu amateur ne prenez pas en compte ce qui se fait ailleurs. Pensez à votre plaisir à vous ! Qu’importe que votre jeu ait 10, 10.000 ou 10.000.000 de joueurs, l’important c’est de vous faire plaisir.

Créer un jeu « professionnel »

En revanche, si vous avez pour objectif de créer un jeu « professionnel », c’est-à-dire qui vous permettra de générer suffisamment de revenus pour développer une véritable activité, le choix du concept est primordial.

Il existe deux lois :

> Un jeu qui a plein de concurrents aura plus de mal à percer. Il se peut même qu’il n’arrive jamais à rencontrer le succès escompté s’il se trouve face à des géants du jeu (comprenez ici, de grosses boites de jeux disposant d’une solide équipe et d’énormes budgets publicitaires).

> Il peut également être très difficile de réussir lorsqu’il n’y a pas de concurrence. Votre idée est peut-être géniale, mais je doute que vous soyez le premier à l’avoir eue. Or si personne n’a encore lancé ce type de jeu, c’est peut-être parce qu’il n’en vaut pas la peine, qu’il n’y a pas de marché pour lui ? Réfléchissez-y.

Choisir un concept lorsqu’on a un but lucratif derrière n’est donc pas à prendre à la légère. Surtout lorsque des dizaines de milliers d’euros sont engagés (développement, graphismes, serveurs, publicités…). A moins que vous n’ayez gagné au loto ou hérité d’une grande-tante richissime, je doute que vous ayez envie de dépenser une telle somme sans être sûr d’obtenir un tangible retour sur investissement.

Aussi, lorsque vient le moment de choisir le thème de votre futur jeu, je vous conseille de commencer par lister ceux qui vous passionnent le plus. Est-ce que vous avez envie de créer un jeu d’élevage de dragons ? Un jeu de gestion de cité médiévale ? Un jeu de conquête spaciale ? …

Une fois votre liste achevée, triez les concepts obtenus par ordre d’intérêt, puis commencez à étudier le potentiel de celui qui arrive en 1ère position. Faites une étude de marché (c’est-à-dire l’étude de la concurrence, de la demande des joueurs pour ce type de jeu, les menaces et opportunités…), puis, si elle est concluante, enchainez sur une étude de faisabilité et réfléchissez à une stratégie de monétisation.

Si le concept de votre jeu valide toutes les étapes ci-dessus, alors lancez-vous ! Sinon… passez au concept arrivé en seconde position sur votre liste et recommencez les étapes précédentes.

Petit bémol toutefois : il peut arriver qu’un projet n’ayant en apparence que peu de potentiel cartonne, et inversement. Par exemple, lorsque Steve Jobs a voulu lancer les tablettes tactiles, tout le monde le prenait pour un illuminé. Aujourd’hui elles se vendent comme des petits pains !

Et oui, même l’étude la plus poussée ne permet pas d’être assuré d’un résultat… Mais elle permet tout de même de réduire les risques.

About kawelo

Je suis créatrice de sites internet ainsi que rédactrice freelance. Passionnée de jeux en ligne, j'ai créé Equid'Expérience, premier jeu de gestion de centre équestre, ainsi que deux autres jeux par navigateur.

Laisser un commentaire